Crise du COVID-19

Coronavirus: le ministère de la Santé avait été alerté de la pénurie de masques dès 2018

Source : https://www.challenges.fr/economie/coronavirus-le-ministere-de-la-sante-avait-ete-alerte-de-la-penurie-de-masques-des-2018_706843

Selon les dernières estimations du gouvernement, la dette publique devrait culminer cette année à 115 % du PIB, en hausse de 15 points de pourcentage du fait de la crise du Covid-19. Cet accroissement est rapide et important mais, au regard de l’histoire en longue période de l’endettement public français, il ne paraît pas si extraordinaire.

Source : https://www.alternatives-economiques.fr/dette-publique-on-a-pire/00092530

23/04 – Préconisations du groupe de travail «enseignement scolaire» du Sénat, relatives aux modalités du retour des élèves en classe.
« Une impression d’impréparation et d’improvisation plus de 10 jours après l’annonce de cette réouverture« 
« des scénarii de travail ne reposant pas sur un avis scientifique« 

Source : http://www.senat.fr/fileadmin/Fichiers/Images/commission/affaires_culturelles/documents/GT_enseignement_scolaire_retour_des_eleves_en_classe_synthese.pdf

26/04 – Le président du Sénat, Gérard Larcher, a estimé que la « confusion » causée par les « prises de paroles incessantes et contradictoires » de l’exécutif avait « un peu plus contribué à une société de défiance vis-à-vis de la parole publique, y compris scientifique ».

Source : https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/coronavirus-pour-gerard-larcher-la-crise-a-ete-geree-par-l-approximation_3935487.html

26/04 – Application StopCovid : le gouvernement passe en force et supprime le débat à l’Assemblée. En intégrant le débat sur le projet d’application StopCovid à celui, général, sur le déconfinement, l’exécutif est accusé de passer en force. Une situation dénoncée à gauche comme au sein même de la majorité, où les réticences contre cette application sont fortes.

Source : https://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/stopcovid-le-gouvernement-passe-en-force-et-supprime-le-debat-a-lassemblee-1198202

Des salariés de la Fnac en chômage partiel dénoncent le « chantage » de la direction.
Pour l’instant, ces salariés perçoivent 70% de leur salaire comme le prévoit la loi mais pas le complément de salaire de 30% du salaire brut. « L’entreprise veut qu’on accepte l’accord sur la renégociation de nos horaires de travail lors de la reprise de l’activité, si on veut recevoir la totalité de notre salaire ».
Cet accord est prévu pour durer un an, jusqu’au 10 mai 2021, et prévoit jusqu’à 43 heures hebdomadaires de travail pour les semaines hautes à forte activité.

Source : https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/des-salaries-de-la-fnac-en-chomage-partiel-denoncent-le-chantage-de-la-direction-7800434664